Plain-Chant Parisien ( Ensemble Organum )

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Plain-Chant parisien 17e et 18e siècles – Messe du jour de Noël

Plain-chant parisien - Messe du jour de Noël - Harmonia Mundi

Propre de la Cathédrale de Paris
Ordinaire d’ André Campra
Improvisations: Marcel Pérès à l’orgue Clicquot de Houdan

Dans cet enregistrement exceptionnel paru en 1994, Marcel Pérès et l’ensemble Organum nous transportent au début du 18e siècle pour assister à une messe de Noël marquée par la mouvance néo-gallicane, qui voulait retrouver le chant primitif de l’église des Gaules « que Charlemagnes avait voulu effacer de la mémoire ».

Album: Plain-Chant Parisien | Interprètes: Ensemble organum, Les pages de la Chapelle, Marcel Pérès (orgue et direction) | Editeur: Harmonia Mundi
Voir sur Amazon.fr

Quelques précisions indispensables:
Les messes comprennent une partie fixe, l’ordinaire et une partie variable, le propre.
Le texte de l’ordinaire est toujours le même: Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei.
Le texte du propreintroït, graduel, alléluia, offertoire et communion – change en fonction de l’année liturgique.

Dans ce disque, la musique de l’ordinaire est constituée d’une alternance de chants composés par André Campra et de magistrales improvisations à l’orgue par Marcel Pérès. « C’était l’ancienne tradition de l’alternatim dont l’origine remonte au XIe siècle » (Marcel Pérès).
André Campra (1660-1744) est un compositeur français né à Aix en Provence de père Turinois. Il a été directeur de la Chapelle Royale et de l’Opéra, mais aussi maître de musique dans plusieurs cathédrales dont celle de Paris. Il est aussi un jalon essentiel de l’opéra français.

Le propre provient du répertoire de la Cathédrale Notre-Dame de Paris et s’inscrit comme l’ordinaire dans la mouvance du néo-gallicanisme.

Citons Marcel Pérès:

« Le répertoire de la Cathédrale de Paris fut profondément remanié autour des années 1680 (…) L’intention était de distinguer les usages français et romains pour redonner au chant une saveur d’antiquité plus en accord avec les sensibilités gallicanes d’alors. Admirable démarche où l’on créait du neuf en ayant le sentiment de révéler de l’antique »

Le gallicanisme est une doctrine qui considère que le Pape ne peut exercer de pouvoir temporel, et qui venait d’être adoptée par le clergé français en 1682 lorsqu’il se prononça en faveur de la déclaration des quatre articles (www.Philisto.fr) de Bossuet. Pour en savoir plus sur l’histoire du gallicanisme voir sur Hérodote.net.

Marcel Pérès joue sur le bel orgue Cliquot de Houdan (Yvelines). Les Cliquots sont une famille de facteurs d’orgue dont l’un des descendant épousa la future Veuve Cliquot. Pour en savoir plus sur cet orgue au timbre caractéristique, visitez le site de l’Association pour la restauration des orgues de Houdan www.aroh.fr. On y apprend notamment que « sur le plan sonore proprement dit, l’orgue a gardé son diapason ancien et est accordé, comme à l’origine, selon un tempérament inégal (mésotonique). »

Outre les très belles improvisations de Marcel Pérès il faut mentionner la belle mélodie du Votis Pater annuit et surtout le sublime Motet au Saint-Sacrement qui est un des sommets de la musique sacrée, malgré sa brièveté.

Ajoutons que la prise de son, parfois proche, parfois éloignée en fonction des intervenants, mais toujours réverbérée de manière adéquate, donne beaucoup de présence et de réalisme à l’enregistrement.

Cet enregistrement est recensé dans l’article: Musique classique pour Noël : les meilleurs albums
Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code