Mozart-Pièces pour pianoforte (Paul Badura Skoda) [Astree]

Mozart – Pièces pour le pianoforte , Paul Badura Skoda

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Mozart-Pièces pour pianoforte (Paul Badura Skoda) [Astree]
Mozart-Pièces pour pianoforte (Paul Badura-Skoda) [Astree]
Album: Mozart-Pièces pour pianoforte | Interprètes: Paul Badura-Skoda (pianoforte) | Editeur: Astree

Nous aimons bien ce disque du musicologue et pianiste viennois Paul Badura-Skoda, d’une part parce qu’il propose des pièces isolées de Mozart, très plaisantes et bien connues des apprentis pianistes, d’autre part parce que l’enregistrement est réalisé sur un pianoforte construit à Vienne par Johann Schantz vers 1790 ( Note: Mozart est mort à Vienne en 1791).

Rappelons que le pianoforte, apparu au début du 18e siècle en Italie, qui permettait de jouer piano (doucement) et forte a fini par supplanter le clavecin. Le pianoforte est l’ancêtre de notre piano, qui a perdu son forte, bien qu’il soit plus puissant et plus véloce que son ascendant.

Citons Paul Badura-Skoda:

«Ma «conversion» au piano Mozart remonte à 1948, à la suite de concerts privés (…). Auparavant, je regardais ces instruments, primitifs en apparence, avec une certaine arrogance et partageais ce préjugé si largement répandu selon lequel des exécutions sur de tels instruments ne présentaient d’autre intérêt qu’historique. Mais au cours de ces concerts privés, il m’apparut qu’il s’agissait en réalité de la sonorité authentique et que les œuvres touchaient l’auditeur de notre temps avec une plus grande immédiateté (…). La clarté de la sonorité argentée, les nuances de registres, la subtilité des gradations dynamiques et surtout la noble couleur chantante du medium restent en effet inégalées»

On peut ajouter que par rapport à un piano moderne, les basses sont beaucoup moins présentes, que le son est moins rond, mais plus riche. Pour lire la suite de la note très intéressante de Badura-Skoda, procurez-vous ce disque.

baduraskoda-mozart-pianoforte
On trouve ce disque d’occasion avec cette ancienne pochette

Le disque comprend les pièces suivantes:

  1. Fantaisie et fugue en ut majeur, K. 394 (K. 383a)
  2. Marche funèbre del Signor Maestro Contrapunto (K. 453a)
  3. Adagio en si mineur, K. 540
  4. Menuet en ré majeur, K. 355 (K. 576b), avec un trio inédit en sol majeur
  5. Petite gigue en sol majeur, K. 574
  6. Fantaisie en ré mineur, K. 397 (K. 385g)
  7. Rondo en la mineur, K. 511
  8. Variations (12) sur « Ah, vous dirai-je maman, » for piano in C major, K. 265 (K. 300e)
Cet enregistrement est recensé dans la petite discothèque classique (2)

 

La première pièce, la fantaisie et fugue en do majeur K.394, nous montre un Mozart s’exerçant à la fugue, après sa découverte des œuvres de Bach et de Händel, permise par son ami le baron van Swieten. Constance, la femme de Mozart était tombée amoureuse du style contrapuntique et avait prié avec empressement son époux d’écrire un fugue. Le résultat n’est pas très concluant mais constitue un document intéressant; la fantaisie qui précède la fugue est plus réussie.

L’adagio en si mineur, la fantaisie en ré mineur et le rondo en la mineur, sont de belles et courtes pièces de style libre, riches en modulations et inventions.

Les variations sur le célèbre air « Ah que vous dirais-je maman», destinées aux jeunes pianistes sont très pédagogiques et en même temps plaisantes pour l’auditeur.

Un album qui permet de découvrir Mozart au piano, pour ceux qui trouveraient ses sonates un peu ennuyeuses…

A titre d’illustration, on pourra écouter la fantaisie en ré mineur K.397 dans une interprétation très différente (piano moderne, pas mal de rubato) par Anaït Sérékian:

 

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code