Couverture du disque telemann - concerti da camera - par l'ensemble florilegium

Georg Philipp Telemann – Concerti da Camera – Ensemble Florilegium

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

 

Magnifique florilège de la musique de chambre du prolifique Georg Philipp Telemann (1681-1767), réalisé par le bien nommé Ensemble Florilegium fondé par le flûtiste Ashley Solomon et le claveciniste Neal Peres da Costa en 1991. Lorsque cet album a été enregistré en 1992, il contait dans ses rangs la désormais célèbre violoniste Rachel Podger.

Les œuvres présentées dans ce disque sont la Sonate Corelisante en fa majeur, le quatuor parisien en mi mineur, la sonate en trio en sib majeur, le quatuor en sol mineur, le concerto en la mineur et le quatuor en sol mineur. A noter que la flûte traversière ou à bec est présente dans quatre des œuvres de ce recueil.

Album: G. Ph. Telemann – Concerti da camera | Interprètes: Ensemble Florilegium | Editeur: Channel Classics
Voir sur amazon.fr

Telemann est à peu près contemporain de Bach et tout comme lui soucieux de synthétiser les styles italiens et allemands, mais aussi le style français qu’il découvrit lors d’un séjour en Pologne. On lui a reproché d’avoir trop écrit et peut-être aussi d’avoir trop bien su gérer sa carrière, puisque parallèlement à ses diverses charges, il a gravé et édité lui-même bon nombre de ses œuvres.

Une des caractéristiques de la musique de Telemann est de préfigurer le style galant dans l’esprit mais sans ses facilités. Bien que la musque de Telemann soit réputée « facile » à jouer et destinée en grande partie à des musiciens amateurs – c’est d’ailleurs ce pour quoi est conçue la musique de chambre à l’origine -, elle est d’une facture irréprochable. Les œuvres sélectionnées pour ce disque sont destinées à d’excellent musiciens et sont plutôt virtuoses.

Extrait du quatuor parisien n°6 par Nevermind. Superbe !

Les références à Corelli et Vivaldi sont très nombreuses. On est bien obligé de constater malgré les médisants que Telemann parvient à se montrer à la hauteur de ses modèles tout particulièrement à notre avis dans le Quatuor en sol mineur. On se délectera de sa capacité à s’approprier chaque style et de science du phrasé propre à chaque instrument. On dit qu’à 10 ans il maitrisait déjà le violon, le luth et le clavecin. Ceci explique sans doute cela.

L’enregistrement a été effectué à l’église du château de Bad Hombourg, près de Francfort. Il n’est pas trop réverbéré, et la prise d’ensemble permet cependant de bien entendre tous les instruments.

Un excellent disque pour découvrir ces chefs-d’œuvres de Telemann.

 

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code