Bach, J-S – Cantate “ Wachet auf ruft uns die Stimme ” BWV 140

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Johann-Sebastian Bach – Cantate BWV 140, « Wachet auf ruft uns die Stimme » pour le 27ème dimanche après la Trinité, créée le 25 novembre 1731

Johann Sebastian BachCette majestueuse cantate est dite aussi « cantate du veilleur ». On pourrait traduire « Wachet auf ruft uns die Stimme » par « « Réveillez-vous », nous dit la voix ». Ce texte ainsi que la mélodie principale proviennent d’un choral de Philipp Nicolaï de 1599.

La musique de Bach est sublime et a sa propre raison d’être. Cependant il serait dommage, dans le cadre de ce site d’initiation à la musique classique, de faire fi de la foi profonde qui animait Bach et qu’il partageait avec ses contemporains. Nous allons donc nous pencher sur la musique, mais également sur le texte de cette cantate.

Sommaire: 1. présentation 2. À la recherche de la meilleure version

Cantate BWV 140. Wachet auf ruft uns die Stimme:

  1. Choral: Wachet auf, ruft uns die Stimme (Chor)
  2. Rezitativ: Er kommt, der Bräutgam kommt (Tenor)
  3. Arie: Wann Kömmst du mein heil? (Sopran, Bass)
  4. Choral: Zion hört die Wächter singen (Tenor)
  5. Rezitativ: So geh herein zu mir (Bass)
  6. Arie: Mein Freund ist mein! Und ich bin sein! (Sopran, Bass)
  7. Choral: Gloria sei dir gesungen Chor

Découvrons tout de suite un extrait de cette cantate, dans une version un peu rapide mais de bonne qualité par la J. S. Bach Foundation of St Gallen dirigé par Rudolf Lutz:

Comme indiqué dans l’introduction , cette cantate destinée à l’exercice du culte luthérien a été composée pour le 27ème dimanche après la Trinité, l’évangile portant ce jour, sur les versets 1 à 13 du chapitre 25 de l’évangile selon Mathieu , dont s’est inspiré Philipp Nicolaï pour composer son Lied.

Mathieu 25, 1-13 : (les traductions des évangiles sont celle de l’édition Louis Segond) :

1.Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. 2 Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. 3 Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles; 4 mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. 5 Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. 6 Au milieu de la nuit, on cria: Voici l’époux, allez à sa rencontre! 7 Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. 8 Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. 9 Les sages répondirent: Non; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. 10 Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. 11 Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. 12 Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. 13 Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure..

Ce passage ne se comprend lui-même qu’à la suite de Mathieu 24 :et des paroles de Jésus sur la fin des temps:

Mathieu 24 36-44:

36 Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. 37 Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. 38 Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; 39 et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous: il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. 40 Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé; 41 de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. 42 Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. 43 Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. 44 C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas.

Le compilateur du livret de cette cantate est inconnu. On peut se référer au site http://www.bachoque.ch/traductions/BWV-140-0 pour la traduction de cette cantate. Les passages 1,4 et 7 sont de Nicolaï.
Le texte de Nicolaï se base sur la parabole des Vierges sages et des Vierges folles , mais aussi sur l’apocalypse de Jean .

Apocalypse 19:6-9

6 Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts tonnerres, disant: Alléluia! Car le Seigneur notre Dieu tout puissant est entré dans son règne 7 Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, 8 et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints. 9 Et l’ange me dit: Écris: Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.

Pour plus d’informations sur les sources de Nicolaï(en anglais) :
http://www.hymnsandcarolsofchristmas.com/Hymns_and_Carols/NonEnglish/wachet_auf_ruft_uns_die_stimme.htm
Le choral de Nicolaï, dont la musique serait antérieure est repris dans le chœur d’introduction (1), la quatrième section dans laquelle le choral est entonné par le ténor et dans le choeur final (7). On pourra consulter cette page : http://www.hymnary.org/tune/wachet_auf_nicolai, pour consulter les différentes harmonisation de « Wachet auf, ruft uns die Stimme ».

Bach a réussi a donner beaucoup d’ampleur à ce choral en y adjoignant un contrepoint merveilleusement inspiré. Dans le (4)  « Zion hört die Wächter singen » on ne sait pas ce qui est le plus admirable : la mélodie de Nicolaï ou le sublime contrechant. Une grande réussite transcrite à l’orgue pour le recueil de Choral pour Schübler (BWV 645). Dans le chœur d’introduction, ce sont trois cellules mélodiques qui se superposent au choral entonné par le chœur.

Zion hört die Wächter singen , joué à l’orgue « virtuel » par Martin Gertler:

Dans les sections (3) et (6) inspirées par les Noces de l’agneau de l’Apocalypse et le Cantique des cantiques, Bach orne le duo entre l’âme et son sauveur, de très belles guirlandes au violon (3) – il suffit de regarder la partition pour se rendre compte que le terme de guirlande n’est pas exagéré –  et d’un merveilleux second dialogue entre le hautbois et la basse continue (6). Assurément un des sommets du répertoire des hautboïstes que ces festons qui fêtent la joie de l’union des deux époux.

Si l’on souhaite visualiser les guirlandes de « Wann kommst du mein Heil ? » dans une version peu poétique mais instructive c’est ici:

À la recherche de la meilleure version

 

Version choisie

Bach BWV 140 - RichterAlbum: johann Sebastian Bach – Wachet auf ruft uns die Stimme kantate BWV 140 | Interprètes: Karl Richter (direction), Edith Mathis, Dietrich Fischer-Diskau, Peter Schreier, Münchener Bach-Chor uund Orchester | Editeur: Deutsche Grammophon
Voir sur Amazon.fr | ou couplée à la BWV 147 sur Fnac.com

On n’est pas dans l’authentique, le baroque baroquisant. C’est tout simplement de la très belle musique, merveilleusement inspirée. Le tempo incroyablement étiré du Choral »Zion hört die Wächter singen » et les dialogues entre Edith Mathis et Dietrich Fischer Diskau sont inoubliables.
Cet enregistrement est recensé dans la petite discothèque classique (2)

Autre version

Bach Cantatas - BWV 140, 61 & 29 - Nikolaus Harnoncourt - [Deutsche Harmonia Mundi]
Bach Cantatas – BWV 140, 61 & 29 – Nikolaus Harnoncourt – [Deutsche Harmonia Mundi]
Dans un genre plus actuel, nous avons surtout été séduit par la nouvelle version de la cantate BWV 140 qu’a enregistrée Nikolaus Harnoncourt, 30 ans après sa première intégrale, avec cette fois-ci le Arnold Schönberg Choir qui remplace les chœurs d’enfant des débuts. Dans ses productions récentes, Harnoncourt atteint le parfait équilibre pour nos oreilles d’aujourd’hui entre geste baroque et plaisir sonore. En prime deux très belles versions des cantates BWV 61 et 29

 

Bach – BWV 140 (Harnoncourt) sur Amazon

Partager
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code